L’art pour tous !

L’art pour tous (ou toutes), aux antipodes de l’art pour les milliardaires :

Ici le plan d’accès :

Et maintenant le plan de l’exposition (avec – sur la page 2 du fichier PDF – une liste des 56 exposant(e)s) :

Et ici quelques images de l’expo !

…qui montrent la grande variété des œuvres exposés.

Un cadeau pour Noël ?

On n’est pas encore à la fin de mois, et s’il vous reste encore un peu de l’argent pour les cadeaux de Noël (et si vous étes en manque d’idées…), sillonnez l’expo : vous trouverez certainement quelques idées belles et originales !

Nous vous conseillons aussi de discuter avec les artistes et vous verrez que les prix des œuvres sont généralement largement justifiés. Parfois, les méthodes de fabrication (des œuvres, pas des prix !) sont fascinantes !

Une galerie pour les SDF ?

Notre grand rêve serait la mise en route d’une galerie pour les œuvres des gens de la rue dans laquelle ils pourraient exposer et vendre ce qu’ils créent dans les différents ateliers d’art (par exemple à l’association AUTREMONDE).

Peut-être (ou même certainement ?) pas pour des prix des œuvres des artistes pro…  mais, bon, simplement en rapport avec leur qualité artistique.

Nous avons ici déjà publié quelques tableaux… rendez-vous par exemple sur la page dédiée à Thana.

Publicités

Nouveau guide de solidarité de la Ville de Paris HIVER 2018-2019 !

Le nouveau guide de solidarité est disponible ici (et téléchargeable sur le site de la Ville de Paris en format PDF – 1,1 Mo) :

Solidarité à PARIS – HIVER 2018-2019

Le prix d’un ticket ?

« Quatre-vingt-quinze centimes ? ».

« Non, c’est le prix d’un timbre-poste pour une lettre prioritaire, jusqu’à 20 g… enfin jusqu’au 31 décembre 2018, minuit ».

(En sentant le piège se fermer autour de lui) : « Ben, évidemment, vous savez, je suis pressé…». « Alors, quel est le prix d’un ticket de métro standard ? ».

« Ah oui, ben, 1€50 ? ».

« Non, le tarif pour un simple ticket T+ est de 1€90 ! ».

« Ah oui, j’ai oublié, j’achète toujours des carnets ! » « Le prix d’un carnet T+ ».

(Il calcule… « 1€90 multiplié par 10, moins une réduction… mais c’est quoi un carnet T+ ??? » ) : « aux alentours de 16 € ». « Non, c’est moins cher : 14,90 € ! ».

« Oui, oui, vous savez, je suis toujours pressé, et étant député je n’ai souvent pas le temps de prendre les transports en commun… faut que j’aille à l’Assemblé en urgence… il y aura un vote ce matin… vous voyez, je suis à pied, on est plus sûr d’arriver à temps… » (ils se trouvent sur le Pont de la Concorde).

« Mais juste une autre question : pouvez-vous nous dire le prix d’une baguette bien cuite, d’un croissant, d’un café au bistro… ? ».

(En accélérant son marche…) : « Excusez-moi, je n’ai vraiment pas le temps, on vote par ailleurs la nouvelle loi sur la précarité… faut surtout pas que je la rate, la vote… ».

« Mais vous votez pour où contre ? »

(En marchant toujours plus vite) : « Pour naturellement  ! ».

(Son interlocuteur n’arrive plus le suivre, gêné par son équipement : casque, gilet-pare balle, micro, enregistreur, etc. etc. ) : « Pour la précarité ? ».

(Maintenant en courant et en criant…) : « Connard ! Sale journaliste ! Fis de pute ! Enfoiré, enculé ! Vive la guillotine de la Concorde… ».

Ceci est un interview imaginaire. Naturellement.

Mais une scène similaire , certes moins violente, s’est déroulée récemment à Barcelone :

Regardez ici la vidéo !

Mais Manuel Valls qui a quand même évité de se tirer une balle dans son pied (il n’avait aucune idée sur le prix), n’est pas le seul – loin de ça – qui se fait piégé :

L’art et le fric

Il y a trois semaines environ, on pouvait lire l’article suivant dans Le Parisien :

Bonne idée, pourquoi pas ?

Ici, le site officiel de cette initiative. Très bien fait, le site d’internet.

Mais, mais, mais : 50 000 € pour chaque œuvre ? Un œuvre éphémère (pourquoi éphémère ?) pour une période entre un et cinq ans seulement !

Divisé par 6 (réalisations prévues entre mars et fin août), ça fait plus que  8 000 € de salaire brut par mois (en considérant que l’heureux/se artiste élu/e travaille, comme prévu 6 mois son site) !

On connaît déjà la réponse de la Mairie : « oui, oui, mais dans cette somme sont inclus les études de faisabilité, les démarches administratives (voirie, EDF, GRDF, RATP, etc.) et surtout les frais pour les jurys ! ».

Mais avec le même budget total, on pourrait financier 200 projets plus petits à 5 000 € l’unité !

Ou, en divisant d’avantage, on pourrait embellir l’ensemble des sanisettes et des armoires électriques de Paris – sans oublier ces nouveaux kiosques moches – et ainsi soutenir un peu des artistes moins connu(e)s et beaucoup moins loti(e)s… Deux exemples ?

Rue Sorbier, 20ème
Rue Faidherbe, 11ème

Mais bon, cette initiative montre bien dans quel monde on vit actuellement. Le monde du fric qui parasite aussi bien le sport que les arts. Presque chaque multimillionnaire ou milliardaire a besoin de confirmer son statut par :

  1. une grand yacht,
  2. une penthouse à New York et à Dubai, un triplex sur l’ile de la Cité à Paris, une villa sécurisée sur la Côte d’Azur (ou à Los Angeles),
  3. une Lamborghini, Ferrari, ou deux,
  4. et une collection d’œuvres d’art ou encore mieux, un musée d’art contemporain dans lequel il peut confirmer son caractère de généreux mécène.

Il devient subitement expert en la matière et nous, qui commencions d’avoir des sympathies pour tous ces pauvres types qui essaient de saboter cette machinerie de création des plus-values (parfois gigantesques) – et d’en profiter :  

 

 

L’hiver solidaire

C’est quoi, l’hiver solidaire ?

L’énigme sera levé ici – exclusivement pour vous – en trois étapes :

  1. D’abord un témoignage,
  2. Ensuite une explication exhaustive,
  3. Enfin un engagement bénéfique pour tous les participants !

1. Le témoignage

L’hiver solidaire est organisé par les paroisses parisiens, mais il faut souligner ici que tous les bénévoles sont naturellement bienvenu(e)s, croyants ou non-croyants !

2. L’explication exhaustive

La vidéo ci-dessus fait par ailleurs partie du site du Diocèse de Paris, dont lequel vous trouvez toutes les information nécessaires sur l’hiver solidaire. Notamment une carte interactive, indiquant les paroisses qui s’engagent dans cet aventure humaine. Sur le site, vous trouvez également la charte de l’hiver solidaire.

3. Votre engagement ? Ici le mode d’emploi :

Version 1 : 1 flyer, format A4, portrait. Cliquez au-dessus !

Version 2 : 2 flyers, format A4, paysage. Cliquez au-dessus !
Peut-être vous êtes maintenant tenté par une petite aventure humaine, réel et vraie (au lieu de passer le temps sur les réseaux dites frauduleusement « sociaux» ou le carrément tuer devant le petit écran avec ses innombrables séries, émissions sportives, plateaux télés – toujours un peu la même sauce…) ?

« LE livre » sur les SDF !

Pourquoi cet accueil enthousiaste ?

Parce que c’est un livre :

  • qui présente, raconte la vie, l’histoire… les destins de 15 SDF / sans-abri sans détour,
  • dans lequel sont intercalées des notes explicatives très instructives,
  • et qui est actuel (sorti en septembre 2018).

Les destins de 15 SDF / sans-abri

Vous trouvez les témoignages de 15 personnes très différentes, de l’age de 21 ans (l’histoire d’Adrien, étudiant viré par son père, page 153, cf. aussi l’article « Jeune dans la rue ») jusqu’à 73 ans (l’histoire de Michel, ouvrier aux 36 métiers, mais dans la misère toute sa vie, page 69). Toutes ces histoires incroyables et presque irréelles, d’un autre monde quoi.

Vous pouvez faire connaissance par exemple avec un ex-toxicomane (Guillaume, 28 ans, page 107), et une ex-prisonnière (Pascaline, 32 ans, page 215), mais aussi un employé de la Ville de Paris (Hervé, 55 ans, page 201), un ex-cadre sup (Sébastien, 49 ans, page 171), une ex-start-upeuse (Émilie, 56 ans, page 49, cf. aussi l’article «UBER & Co») et même à une ex-riche-artiste (Claude, 64 ans, page 187) !

Il y aura donc une forte probabilité de découvrir dans ces 15 histoires votre pendant…

Les pros des services sociaux et les bénévoles découvrent dans ce bouquin ici et là des lieux et des structures bien connus.

Ce livre devrait être d’une lecture obligatoire pour tous ces responsables politiques qui s’aventurent dans le monde de la grande précarité ! Ça éviterait déjà qu’ils sortent des conneries monstrueuses comme Sylvain Maillard (page 211) ou encore Julien Denormandie (cf. l’article l’article « Burn out chez Bourdin »).

En revanche, le livre est moins recommandé pour les gens qui vivent encore dans la rue ou ceux/celles qui en sont sorti(e)s récemment. Trop de mauvais souvenirs… on connait la chanson. Eux/elles préfèrent maintenant plutôt des choses drôles et beaucoup se sont par ailleurs engagé(e)s dans la lutte contre la grande précarité…

Les notes explicatives :

  • Combien y a-t-il de sans-abri ? (page 28)
  • Quand les bancs vous veulent du mal (page 46)
  • De quoi vivent les sans-abri ? (page 67)
  • La triste légende du Cash de Nanterre (page 88)
  • Les femmes et les enfants d’abord, vraiment ? (page 104)
  • Combien rapporte la manche ? (page 118)
  • Vivre dans la rue tue (page 136)
  • Blessures d’enfance (page 169)
  • Qu’y a-t-il dans le sac des SDF ? (page 184)
  • Pourquoi certains SDF refusent-ils d’être mis à l’abri ? (page 211)

 

 

 

 

sdgdg

Suivez les catastrophes en temps réel !

Ce matin, au moment le plus frais de la journée, il faisait 19° C à Paris !

Pas besoin de manteau, ni de maillot de corps, ni de pull ! Absolument dingue.

En même temps il y a (encore à cette heure-là) des pluies catastrophiques dans le Sud-Ouest (SO pour les experts en mots fléchés…).

Suivez-les en temps réel !

Pour voir «le film» et pour lancer l’animation, cliquez sur le bouton «PLAY»…

Mais non, il n’y a pas de réchauffement climatique, achetez encore plus de SUV, de Jeeps, de monstres 4×4, par ailleurs très utiles à Paris et en Île de France ! Consommez à volonté ! Jetez tout tout-de-suite…

Et pour plus d’infos météorologiques, consultez parfois (également utile…)

notre page Météo !

Là, sur le site de Météo France pour Paris, vous pouvez trouver aussi les températures dingues (d’un mois de Juin, Juillet ou Août) de ces derniers jours :

Les bains-douches de Paris – horaires 2018/19

Récemment il y a eu pas mal de changements d’horaires dans le monde des 17 bains-douches de Paris.  Quelques-uns sont à l’arrêt total pour travaux, et pratiquement tous les autres ont dû changer leurs horaires d’ouverture, justement à cause de ces travaux.

Ici le tableau actualisé (après quelques vérifications sur place, sinon, on a repris les données du site de la Ville de Paris) :

Vous pouvez aussi imprimer le tableau plus grand en cliquant ici sur : Format A3 !
(attention : imprimez les fichiers en format «paysage» !)

Il  reste néanmoins deux problèmes récurrents, toujours non résolus :

  1. sur le panneau d’affichage extérieur aux bains-douches, manque d’informations sur les horaires des autres bains-douches !
  2. pas d’horaires nocturnes pour les gens qui travaillent*.

Et pour votre orientation, veuillez consulter notre carte interactive des bains-douches de Paris actualisée :

* oui, oui, ça existe ! Vérifiez vous-même en cliquant ici !

Désolé (Suite)

Toujours désolé… on est effectivement un peu désemparé devant une telle stupidité :

Ce jeune homme est apparemment désorienté et il ne connait pas encore l’hiver dehors. Et il se met tout seul en danger… Être invité pour dîner ou dormir par quelqu’un de compatissant, c’est extrêmement rare… à 18 ans, on n’est plus un ado, mais souvent pas non plus un adulte responsable.

On en revient toujours sur le manque de suivi de ces jeunes dans les rues de Paris.

Par ailleurs, les vols et les agressions entre les gens de la rue sont monnaie courante…

Dommage tout ça…